Watteau et la robe à la française

Le peintre Antoine Watteau (1684-1721) est connu notamment pour ses fêtes galantes telles que le Pèlerinage à l’île de Cythère (1717). Dans son œuvre, caractérisée par sa délicatesse et sa grande harmonie, des thèmes se retrouvent de toiles en dessins et de dessins en toiles : ainsi le théâtre, la musique, mais également le costume, revêtent pour cet artiste une importance particulière. On voit tout son intérêt spécifique pour le vêtement féminin, il s’applique dans toutes ses œuvres à rendre le plissé travaillé des robes et les jeux de lumières qu’occasionnent les tissus les plus riches qui distinguent le costume de la noblesse.

Son talent dans la représentation des plissés, en particulier  les plis plats du dos des robes à la françaises, à fait que l’on a donné son nom à ces derniers (pas de son vivant). La robe à la française de la jeune femme en rose vue de dos dans L’Enseigne de Gersaint (1720) par exemple, lui donne l’occasion de toute une étude sur la lumière et le rythme : il y un jeu entre les plis du dos du vêtement et ceux de la jupe soulevée par la jeune femme en train de monter la marche matérialisant la frontière entre la rue et la boutique du marchand d’art. On voit bien le miroitement du tissu satiné mis en valeur -par les ondulations de la robe en mouvement. La robe à « plis Watteau » de l a jeune fille de gauche dans Les Deux cousines (1717-1718) est pour le peintre une nouvelle occasion de proposer une étude des effets de la lumière sur un tissus qui semble l’attraper et rendre d’innombrables nuances et tons différents sous son action.

Qu’est-ce que cette fameuse robe à la française ? C’est une robe de la grande noblesse, la robe emblématique du règne de Louis XV. Dans la mode très changeante du XVIIIe siècle, elle est très prisée dans les années 1730 et est portée jusque dans les années 1780. Elle dérive de la robe battante dite également robe volante ou robe à paniers des décennies précédentes, sorte de robe de chambre dissimulant la taille, dont on dit qu’elle avait été inventé par Madame de Montespan pour cacher sa grossesse. Elle s’inscrit dans l’évolution du vêtement vers quelque chose de moins formel et rigide qui anime le siècle. Elle consiste en corsage ajusté au buste, un manteau (ou robe) venant par-dessus ce haut, et une jupe, le plus souvent dans la même étoffe que le manteau. Elle se distingue par son dos présentant deux séries de grands plis plats, dits « plis Watteau » tombant jusqu’au sol et se continuant parfois en traîne. Une robe à la française se porte sur un corps à baleine, qui permet de structurer le buste, de lui donner une forme triangulaire et ainsi de resserrer la taille. Au contraire, les hanches sont hanches sont appuyées par un panier, qui pour les robes de cour peut atteindre les 2, 50 m de large. Au niveau des tissus et de leurs motifs, les couleurs vives laissent place à des couleurs plus douces et pâles comme on le voit dans les œuvres de Watteau et les motifs de fleurs sont très appréciés, puis les rayures vers 1760.

La robe à la française va de pair avec l’esprit rococo, initié en peinture par Watteau lui-même, pour lequel la beauté est nécessairement dynamique. C’est une robe qui permet particulièrement des jeux de plissés, de mouvement et d’ondoiement des tissus, aspects qui ont vraisemblablement particulièrement plu au peintre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Sources :

– Oriole CULLEN, The Meropolitan Museum of Art, Eighteenth-Century European Dress [en ligne] <http://www.metmuseum.org/toah/hd/eudr/hd_eudr.htm&gt; (consulté le 12/04/2014).

– The Metropolitan Museum of Art, Robe à la française [en ligne] <http://www.metmuseum.org/collections/search-the-collections/159485?img=2&gt; (consulté le 12/04/2014).

– Musée des tissus de Lyon, Dossier de presse : Si le XVIIIe siècle m’était conté … costumes d’exception [en ligne] <http://www.musee-des-tissus.com/fr/01/info00/inf01/ico/expo/Dossier%20de%20presse%20Costumes%20d%20exception.pdf&gt; (consulté le 12/04/2014).

– Palais Galliera, Robe à la française [en ligne] <http://www.palaisgalliera.paris.fr/fr/oeuvre/robe-la-francaise&gt; (consulté le 12/04/2014).

– Victoria and Albert Museum, Introduction to 18th-Century Fashion [en ligne] <http://www.vam.ac.uk/content/articles/i/introduction-to-18th-century-fashion/>(consulté le 12/04/2014).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s